HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Thursday, June 21, 2018

Time to say goodbye / il est temps de dire au revoir


As we reach the end of our time here in Guiloungou, we take time to reflect on the past 10 weeks, what we’ve achieved and how we’ve made a difference.
10 weeks ago we started as 12 individuals with open minds and big plans for Kabeela. One of the main things we’ve learned as a team is that things don’t always go as planned, but it’s how you adapt to the challenges that arise that really counts. Working within International Development, working for others, with others is seldom plain sailing, whether that’s due to a language barrier, cultural differences or something simple, like life getting in the way.

Imagine the past 10 weeks as a hurdles track. The tentative preamble to the race ahead consisting of planning and anticipation followed by a short and sharp frenzy of excitement before being presented with numerous hurdles: obstacles to overcome at every stage. In each activity we have planned and successfully completed, there have been a number of things to take into account. Cultural difference and boundaries have been one of our main hurdles throughout this placement. Whether that be a difference in opinion over how to conduct a certain activity, or having to alter the way an activity is carried out to ensure that we respect cultural values.

As a team, we strove to plan and carry out a wide range of activities and make changes that will have a sustainable impact on the lives of the women of Kabeela and the wider community following our departure. Here are some of the activities we have completed:

o   Awareness raising sessions on a variety of topics including hygiene, sexual health and drug abuse and smoking with the women and in a local school
o   Education-based activities such as English, IT, Marketing and self confidence classes with the staff and members of Kabeela as well as an English club with a local high school
o   Built a new plant nursery in Kabeela’s garden which will be maintained using our newly installed well
o   Reinforced partnerships with governmental institutions, which have increased Kabeela’s profile and provided funds.
o   Created a YouTube Channel and increased our social media content to help further raise Kabeela’s profile
o   Conducted a needs survey of the members which can be used to ensure that Kabeela is operating in the best interests of its’ members
o   We held an open day which enabled us to sell products and raise awareness/funds

Although certain activities have posed complications or setbacks, instead of eliminating them from the team plan, we have adapted them as best we can to ensure that they were carried out successfully. For example, we were not permitted to carry out an awareness raising session on sexual health in the local school, so instead we held a smaller focus group here at Kabeela with a group of local young women. Here, we ensured that the vital education on sexual health was delivered and despite being on a smaller scale, the knowledge will hopefully be shared amongst others in the community.

The final part of the race has been equally fast paced as the first: a whirlwind of tying up loose ends, working tirelessly together to ensure we have gone above and beyond what we initially set out to do as a team. Despite some setbacks and challenges, we all agree that we have made some incredible progress and change over the past 10 weeks. Most importantly, our visibility has increased. This has happened through working with the local community and local schools, using a local radio to talk about Kabeela and advertise our Open day, and recognition from one of the government ministers. We hope that Kabeela’s raised profile will continue to attract new partners who will help Kabeela to prosper in the future.

Our time here has been truly wonderful, rewarding and once in a lifetime. The things we have done and the memories we’ve made will stay with us forever, and we hope that we have given these incredible women, and the local community some of the tools they need to thrive and find happiness and dignity in their lives. So it’s time to say goodbye to Kabeela, but it will forever hold a place in all of our hearts.




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Comme nous arrivons à la fin de notre placement, nous prenons le temps de réfléchir sur les 10 dernières semaines, ce que nous avons accompli et comment nous avons fait une différence.  Il y a 10 semaines, nous avons commencé comme 12 individus avec des esprits ouverts et de grands projets pour Kabeela. L’une des choses principales que nous avons apprise comme une équipe est que les choses ne vont pas toujours comme prévu, mais c’est la manière que vous vous adaptez aux défis qui compte. Travailler dans le Développement International, travailler pour les autres, avec les autres n’est jamais simple. Que ce soit en raison d’une barrière de langue, les différences culturelles, ou quelque chose  de simple comme une vie très occupée.

Imaginons les derniers 10 semaines comme une piste de haies. Le préambule de la course qui consiste en la planification et l’anticipation, suivi par une période d’excitation avant de faire face à plusieurs haies: des obstacles pour surmonter à chaque étape. Dans chaque activité que nous avons organisé et complété, il y avait des choses à prendre en compte. Les différences et limites culturelles ont été l’une de nos haies principales pendant le placement. Que ce soit une différence d’opinion sur comment faire une activité ou comment changer une activité pour assurer que nous respectons les valeurs culturelles. 

Comme une équipe, nous nous sommes efforcés de planifier et d’effectuer une grande variété d’activités et faire des changements qui auront un impact durable sur la vie des femmes de Kabeela et la communauté locale après notre départ. Voici une liste des quelques activités que nous avons complété :

o Nous avons fait la sensibilisation sur des sujets différents comme l’hygiène, la santé sexuelle et la toxicomanie avec un lycée local et les femmes
o  Nous avons effectué les activités éducatives comme l’anglais, l’informatique, le marketing et la confiance en soi avec le staff de Kabeela et un club d’anglais dans un lycée local
o  Nous avons construit une nouvelle pépinière dans le jardin de Kabeela qui sera maintenu en utilisant notre nouveau puits
o Nous avons renforcé les partenariats avec des structures gouvernementales qui ont amélioré la visibilité de Kabeela et lui ont assuré des fonds
o   Nous avons créé une chaine YouTube et augmenté nos postes sur les réseaux sociaux
o Nous avons fait une enquête sur les membres de Kabeela pour assurer que Kabeela travaille dans le meilleur intérêt des membres
o  Nous avons organisé des journées portes ouvertes qui nous ont permis d’augmenter la visibilité et des fonds.

Bien que certaines activités aient créé des difficultés ou revers, au lieu de les éliminer du plan d’équipe, nous les avons adapté pour assurer qu’elles soient effectuées avec succès. Par exemple, nous n’étions pas autorisés de faire la sensibilisation sur la santé sexuelle dans le lycée, donc on a fait une session ici à Kabeela avec un groupe de jeunes femmes. De cette manière, nous avons assuré que l’éducation vitale sur la santé sexuelle était donnée aux gens. En dépit d’avoir été fait à une plus petite échelle, on espère que la connaissance sera partagée parmi les autres dans la communauté.

La partie finale de la course était également rapide que la première: un tourbillon pour finir les choses, travailler ensemble pour assurer que nous sommes allés au dessus et au-delà de ce que nous avons initialement prévu comme une équipe. Malgré des revers et des défis, nous sommes tous d’accord que nous avons fait du bon progrès et des changements pendant les 10 semaines ici. La chose la plus importante est que notre visibilité a augmenté. Cela est arrivé en travaillant de concert avec la communauté locale et les écoles, en utilisant une radio locale pour parler de Kabeela et faire une publicité pour nos journées portes ouvertes, et la reconnaissance par un ministre du gouvernement. Nous espérons que le plus grand profil de Kabeela continuera d’attirer de nouveaux partenaires qui aideront Kabeela à prospérer dans le futur.

Notre séjour ici était merveilleux, récompensant et une expérience qui se passe une fois dans la vie. Les choses que nous avons fait et les souvenirs que nous avons fait ensemble resteront avec nous pour toujours, et nous espérons que nous avons donné quelques outils aux femmes incroyables et la communauté locale qui pourront les aider à trouver le bonheur et la dignité dans leurs vies. Alors, il est temps de dire au revoir à Kabeela, mais il restera toujours dans nos cœurs.

Mollie Rigby



Tuesday, June 5, 2018

A Greener Burkina / Burkina Plus Vert

All over the world we are fighting endemic environmental issues, and 2018 has become the year of not only recycling plastic waste, but actively reducing it. To commemorate World Environment Day, we are taking time to recognise the environmental issues we face here in Burkina and the ways we are helping to overcome them.

One of the main environmental issues in Burkina is the absence of waste management. With the lack of any rubbish collection or a recycling system, waste collects all over local areas and beyond, ultimately ending up in landfill sites. Despite multiple pledges to the government over the past few years, no changes have been made. By making small changes on a local and wider community scale, we aim to educate on both the importance and benefits of environmentalism and subsequently encourage a greener future for the population of Guiloungou and beyond.

The key issue caused by plastic waste in Burkina is soil degradation, which results in a lowered agricultural productivity, as well as a loss of livestock. As Burkina Faso is a country which relies heavily on agriculture, this is a grave concern, and something which must be addressed at all levels of society. In line with the #beatplasticpollution theme of this year’s World Environment Day, we have been making changes which reduce and re-use the plastic waste that we use on a daily basis.

We started by going into local primary schools for organised clean up days where we held 2 hour sessions of rubbish collection. Jake, a fellow volunteer commented “It was incredible to see so many children motivated at once. There were hundreds of them running across the school’s compound to collect rubbish, helping each other to clean the area and having fun whilst doing it. It was awesome.” By getting the local children involved in cleaning up their school in a fun and innovative way we will hopefully have motivated them to continue to do this on a regular basis both at school, at home and in their local communities.

At Kabeela, we have been collecting our used water sachets (drinking water) and using them to create football nets to gift to the local community. We are also planting a new plant nursery complete with papaya, mango, grape and passionfruit in the Kabeela garden today using recycled tyres and plastic sachets. This will be watered and maintained using our newly built well which will soon be fitted with a pump to enable a reliable, accessible and self-sufficient water source. This pump has been funded by local ministers as recognition for the work we’re doing here following a visit to Kabeela just last week.  The nursery together with the new water source will provide the women of Kabeela with an additional and reliable source of income.

This correlation between protecting the environment and generating an income can also be seen among certain members of Kabeela who are channeling environmentalism to generate revenue. Rita, our youngest member, spends her free time making purses and bags out of used plastic bags to sell to members of the local community: an entrepreneurial idea which provides her with increased financial independence and security whilst reducing plastic waste. It’s this way of thinking that we aim to encourage as much as possible amongst the local community.

Making any big changes with regards to environmentalism in a country where there is little infrastructure to support it is a huge challenge. However, it all begins with motivating individuals to care for their environment, and having already gained recognition and funding from the local government on the work we’re doing, we take pride in knowing that great initiatives get recognized. The higher we make our profile on environmental change, the more drive there will be for the government to generate infrastructure to support this change on a national level and help create a greener Burkina.


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Partout dans le monde, nous sommes en train de lutter contre les problèmes environnementaux endémiques, et 2018 est devenu l’année de non seulement le recyclage des déchets plastiques, mais de les réduire activement. Afin de commémorer la Journée Mondiale de l’Environnement, nous prenons du temps de reconnaitre les problèmes environnementaux auxquels on fait face ici au Burkina et les manières par lesquelles nous sommes en train d’aider à les résoudre.

L’un des principaux problèmes environnementaux au Burkina est l’insuffisance de gestion des déchets. Avec le manque de collection des déchets ou un système de recyclage, les déchets se rassemblent partout dans les zones locales et au-delà pour finir dans des sites d’enfouissement. Malgré plusieurs engagements du gouvernement dans les dernières années, il n’y avait pas de changement significatif. En faisant des petits changements au niveau local et dans la société, on a l’intention d’éduquer sur l’importance et les bénéfices de l’environnementalisme et d’encourage un futur plus vert pour la population de Guiloungou et au-delà.

Le problème principal qui est causé par les déchets plastiques au Burkina est la dégradation des sols qui provoque une productivité agriculturale plus basse ainsi qu’une perte de cheptel. Comme le Burkina Faso est un pays qui repose beaucoup sur l’agriculture, cela est une problématique vraiment importante, et quelque chose qui devrait être fait à tous les niveaux de la société. Dans l’optique du thème de la Journée Mondiale de l’Environnement cette année, #battrelapollutionplastique, on a fait des changements qui consiste à réutiliser les déchets plastiques qu’on utilise quotidiennement.

Nous avons commencé par organiser les journées de salubrité dans les écoles primaires avec des sessions de 2 heures dans lesquelles les élèves ont ramassé les déchets. Jake Bufton, un volontaire a remarqué « il était incroyable de voir un grand nombre d’enfants qui étaient tous motivés. Il y avait des centaines d’eux à courir dans l’enceinte de l’école pour ramasser les déchets,  s’aider les uns les autres  à nettoyer le domaine et s’amuser en même temps. C’était magnifique ! » Pour maintenir les enfants de la localité investis à nettoyer leur école dans une manière marrant et innovante, nous espérons les avoir motivé et encouragé à continuer de le faire régulièrement à l’école, à la maison et dans leurs communautés locales.

A Kabeela nous avons rassemblé les sachets d’eau utilisés (l’eau potable) pour les réutiliser à créer des filets de foot pour donner à la communauté locale. Nous sommes aussi en train de planter une nouvelle pépinière avec les arbres de papayes, mangues, grenadines, pommes cannelle et les fruits de la passion dans le jardin de Kabeela en utilisant les pneus recyclés et les sachets d’eau en plastique. Cela va être arrosé et maintenu en utilisant notre nouveau puits qui aura bientôt une pompe pour s’assurer une source d’eau fiable, accessible et auto-suffisante.  Cette pompe a été financée par un ministre  comme une reconnaissance du travail qu’on fait ici, après qu’ils nous ont rendu visite la semaine dernière. La pépinière, ainsi que la nouvelle source d’eau fournissent aux femmes un revenu additionnel et fiable.

Cette corrélation entre la protection de l’environnement et le fait de générer un revenu peut aussi être perçu chez certains membres de Kabeela qui canalisent l’environnementalisme  pour générer du revenu. Rita, notre membre la plus jeune, passe son temps libre en fabricant les portes monnaies et les sacs en utilisant les sachets en plastique pour vendre dans la communauté : une idée entrepreneurial qui lui fournit l’indépendance et la sécurité financière et permet par ailleurs de réduire les déchets plastique. C’est cette manière de penser qu’on voudrait encourager le plus possible au sein de la communauté locale.

Faire des grands changements à propos de l’environnementalisme dans un pays où il y a peu d’infrastructure pour le soutenir est un grand défi. Pourtant, le processus commence avec la motivation des individus à prendre soin de l’environnement. Ayant déjà gagné la reconnaissance et des fonds du gouvernement pour le travail qu’on est en train de faire, on est fièr de savoir que les bonnes initiatives sont reconnues. Plus on est  concerné par le changement environnemental, plus le gouvernement a la motivation de générer l’infrastructure de soutenir ce changement au niveau national et créer un Burkina plus vert.

Mollie Rigby

Monday, May 21, 2018

Education for Equality / L'éducation pour l'égalité


“Education is the most powerful weapon we can use to change the world” – Nelson Mandela.

It all starts with education. According to the UN’s Sustainable Development Goals (SDGs) established in 2015, quality education should be accessible for all. This, unfortunately, is still very much a work-in progress across many developing countries worldwide. Here in Burkina Faso, despite some great progress over the past decade, there are wavering levels of enrollment in education. There has been great improvement in enrolment into Primary education (now at 85%), but the issue lies in the fact that only 36% then continue into secondary education. Not surprisingly, it’s predominantly girls who drop out and return to living and working at home, meaning that they are missing out on an educational grounding, which encompasses personal development and a general awareness of social issues.

Most of the work we do is with the women of Kabeela, however, in order to bring about sustainable change, we recognise the importance of both raising awareness, and altering the mindset of the younger generation regarding certain social issues. The youth make up a huge number of Burkinabés due to its’ massive population growth, and are therefore a more powerful tool than ever before to bring about change: they are at the pinnacle of strength both mentally and physically, they are the dreamers who think big and look towards a better future for their world. This is all very well, but the prevalent gender gap in educational enrolment here makes us question how the younger generation is going to ever be able to overcome certain societal issues surrounding women’s rights, for example, in an education system which is heavily weighted towards men?

As a team, we have organised awareness raising sessions on various topics, but most recently, a debate was organised in the English club at the local secondary school, Lycée Bassy, around the subject of equality between men and women: a sensitive subject which needed to be discussed with care, but discussed nonetheless. The debate was divided into different notions, starting with the basic arguments on whether there is equality between men and women in Burkina Faso, and moving onto comparisons between equality at home and at school, and big questions such as whether a woman could one day be president of Burkina. The results of the debate were staggering: when asked if men and women are equal, the answer was yes from many participants, but when we broke it down and asked about home life, it became apparent that men are always in the dominant position, and women are obliged to carry out certain domestic tasks in order to maintain the equilibrium in society. This would nod towards an image of relative equality: equality at school, but inequality at home and in society.

One girl stood out from the group for me, voicing opinions fuelled with passion that opposed those of her peers, arguing that it’s simply a mentality that is so deeply embedded in the culture here which prevents women from achieving equality in Burkina. She debated that men are, of course, perfectly capable of doing ‘women’s’ jobs at home and in society, but this mentality of segregation of male and female tasks tells them they shouldn’t. We spoke to her privately afterwards and I was almost brought to tears with her telling me with such conviction that she doesn’t care if people think her ideas are strange or wrong, she’s going to demonstrate that actions speak louder than words and prove to herself and to everyone else that things have to change, and this all starts with an altered mindset, a new perspective.

Making a difference doesn’t have to mean you’re implementing radical change: we’ve slowly come to realise over the last few weeks that one changed perspective means the world. These new ideas and incentives cultivate a knock on effect, the idea that one person’s change will create an even bigger change. A strong education of young people is where it all starts, there is nothing more powerful than a force of driven individuals working towards a common goal, and we rest assured that even though social change takes time, it’s coming.





Mollie Rigby

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


“L’éducation est l’outil le plus puissant qu’on peut utiliser pour changer le monde” – Nelson Mandela

Tout commence avec l’éducation. Selon les SDGs de l’ONU qui étaient établi en 2015, l’éducation devrait être accessible à tout le monde. Malheureusement ceci est un travail en cours dans beaucoup de pays mondialement. Ici à Burkina Faso, malgré du progrès durant la dernière décennie, il existe toujours des niveaux variables dans l’inscription éducative.  Il y avait une grande amélioration dans l’inscription dans l’éducation primaire (maintenant à 85%), mais le problème est que un seul 36% continue à s’inscrire à l’éducation secondaire. Sans surprise, c’est principalement les filles qui abandonnent l’éducation afin de retourner à habiter et travailler chez eux, qui signifie qu’elles manquent un fond éducatif qui englobe le développement personale et une connaissance générale des problèmes sociaux.

La plupart de travail qu’on fait est avec les femmes de Kabeela, pourtant, afin d’effectuer le changement soutenable, on reconnaissent l’importance de sensibiliser et modifier la mentalité de la jeune génération à propos certains problèmes sociaux. La jeunesse fait une grande partie de la population Burkinabé à cause de l’énorme croissance démographique, et alors la jeunesse est plus puissante que jamais pour emmener le changement : ils sont au sommet de force à la fois mentale et physique, ils sont les rêveurs qui sont ambitieux et envisager un meilleur futur pour le monde. Cela dit, le grand écart entre les hommes et les femmes dans l’inscription éducative ici à Burkina nous fait penser à comment la jeune génération sera capable de triompher certains problèmes sociaux à propos les droits de la femme. Par exemple, dans un système éducatif qui est fortement pondéré envers les garçons.

Comme une équipe, on a organisé des séances de sensibilisation sur divers sujets, mais plus récemment, un débat a été organisé dans le club d’anglais chez Lycée Bassy sur le sujet de l’égalité entre les hommes et les femmes : un sujet vraiment sensible qui devait être traité avec soin. Le débat a été divisé entre deux notions différents qui commençait avec les arguments basics sur la question s’il y a l’égalité entre les homme et les femmes à Burkina Faso, et après on a fait les comparaisons entre l’égalité à la maison et au lycée et ensuite les questions plus grands comme si une femme pourrait être président de Burkina. Les résultats du débat étaient stupéfiants : quand les élèves étaient demandés  si les hommes et les femmes étaient égaux, la réponse était ‘oui’ de la plupart des élèves, mais quand on a demandé sur la situation à la maison, il est devenu clair que les hommes sont toujours dominants, et les femmes sont obligée de faire certains tâches domestiques` afin de maintenir l’équilibre dans la société. Cela signifie qu’il y a l’égalité relative ici : il existe l’égalité au lycée mais l’inégalité à la maison et dans la société.

Une élève se distinguait pour moi : elle a exprimé des opinions pleines de passion qui opposaient celles de son pairs. Elle a affirmé qu’il est uniquement une mentalité qui est profondément ancrée dans la culture Burkinabé qui empêche les femmes d’acquérir l’égalité à Burkina. Elle a exprimé que les hommes sont, bien sûr, capables de faire ‘les travaux des femmes’ à la fois à la maison que dans la société, mais cette mentalité de ségrégation entre les femmes et les hommes en ce qui concerne les travaux domestiques et sociaux leurs dit qu’ils ne doivent pas les faire. On a parlé avec elle après le débat et j’avais les larmes aux yeux quand elle m’a dit avec conviction que peu importe que les autres élèves pensent de ses idées, elle démontrera que les actions sont plus forts que les mots et prouver que les attitudes doivent changer, et tout cela commence avec un nouveau façon de penser, une nouvelle perspective. 

Faire une différence ne signifie pas une implémentation d’un changement radical : on s’est rendu compte au cours des derniers semaines qu’une seule nouvelle perspective fait toute la différence du monde. Ces nouvelles idées et incitations ont un effet d’entraînement, l’idée que le changement d’une personne peut créer un changement encore plus grand. Tout commence avec un éducation fort  des jeunes, il n’y a pas quelque chose plus important que la puissance des gens motivés qui travaillent ensemble à une cause commune, et on est convaincu que même si le changement social prend du temps, il arrivera.


Mollie Rigby