HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Tuesday, April 21, 2015

Toom Kibaray....


We have had a very busy week at Kabeela! The women of Kabeela made a huge batch of shea butter to sell in the coming months. The process was much more complex than I initially expected! It involved crushing nuts, heating the nuts until they made a paste, mixing water into the paste, separating the butter, repeating the latter part of the process, heating the paste again- it was very labour intensive and required a lot of skill on the part of the women.
Getting our hands dirty! 
There was a real sense of community when the women were making the butter. Everyone was taking turns and working very harmoniously. The women were singing Mossi songs calling on animals and their ancestors to help them with the crushing. Instead, they got us! We helped crush the nuts first. The boys had a very good technique and got through loads in no time at all. We also helped separate the butter from the shea mixture. This had to be done very quickly, to ensure that the batch of butter was not spoilt. We all got involved and got the hang of it quite quickly. Although, it did keep sticking to our hands which caused the women to laugh at us!
Lauren and Cedric sporting handmade bags 
At University, I studied International Politics. I have always had an interest in development and African politics, so I found the opportunity to witness development in practice very interesting. In particular, it made me realise the importance of engaging the local population in sustainable development work. The women here are very resourceful and skilled, and are attuned to the needs of the people in the local area. Despite only working at Kabeela for a few weeks, I have a real sense that the work we are doing here will be sustainable. The women were always helping each other, and the sense of community makes me think that the knowledge of any training the women receive will be shared and long lasting.
Otherwise, the marketing team made a catalogue of Kabeela’s products. We also planned activities for the coming weeks. We created a lesson plan for the theatre club, which is used as a forum for the women to express their emotions and feelings. We planned our health awareness classes for children at local primary and secondary schools, as well as working on the logistics of opening a food kiosk in Guiloungou to diversify Kabeela’s range of products.  On Friday, we had a meeting with the Mayor of Ziniare to raise awareness of Kabeela’s work and the ICS  scheme.

This weekend the British volunteers went on Safari, which was really good as we were all really looking forward to it! We were really glad to see more of rural Burkina, and lots of elephants!





 Nous avons eu une semaine très chargée à kabeela. Les femmes de kabeela ont fait une énorme production de beurre de karité qui sera vendu dans les mois qui viennent. Le processus était beaucoup plus complexe que ce que j’avais initialement espéré. Les femmes ont cassé les noix, elles ont chauffe les noix jusqu’à ce qu’elles obtiennent une pâte, elles ont ajoute de l’eau à la pâte, ce qui a séparé le beurre, ajouter une fois e plus de l’eau, réchauffer la pâte. C’était un travail très intensif et qui nécessitait beaucoup de compétence de la part des femmes.
Keli modelling one of Kabeela's hats
Il régnait  un vrai esprit de communauté lorsque les femmes fabriquaient le beurre. Tout le monde a pris part au travail et le faisait harmonieusement. Les femmes chantaient des chansons en Moore pour appeler les animaux et leurs ancêtresà les aider avec casser les noix. Mais au lieu que ce soit les animaux et les ancêtres ce nous qui les ont aidé. D’abord nous les avons aidés à écraser les noix. Les garçons avaient une très bonne technique et ont écrasé  beaucoup de noix en peu de temps. Nous avons aussi aidé les femmes àséparer le beurre de la patte de karité. Nous devions être trèsrapides pour s’assurer que la production du beurre ne se gâte pas. Nous nous sommes tous impliqué et nous avions eu la chance de comprendre rapidement. Cependant, les femmes ce sont moquées de nous parce que le beurre est resté collé à nos mains.
A l’université, j’ai étudié la politique internationale. J’ai toujours eu un intérêt particulier pour le développement et la politique africaine, j’ai ainsi pu de façon pratique voir cela en œuvre. En particulier j’ai pu réaliser le degré d’engagement des populations dans les travaux de développement. Les femmes ici ont beaucoup de compétences et elles sont très habilles, et sensibles aux besoins des populations locales. En dépit du peu de temps de travail que nous avons accomplis cette semaine nous sommes convaincu que le travail effectué ici sera perpétué. Les femmes s’entraident tout temps et cet esprit de communauté me fait penser que les connaissances qu’elles ont acquises vont se perpétuer sur plusieurs générations.
Crushing the nuts to make shea butter 
  Par ailleurs, l’équipe marketing a fait un catalogue des produits de Kabeela. Nous avons aussi planifié les activités de la semaine prochaine comme la création des activités pour le club de théâtre qui est utilisé comme un forum ou les femmes partagent leurs expériences et expriment leurs émotions. Aussi nous avons planifié les séances de sensibilisations que nous devons effectués dans des écoles primaires et secondaires de la localité. Une autre activité clé de notre semaine fut la planification de l’ouverture du kiosque de nourriture à Guiloungou, afin de diversifier les activités des femmes de Kabeela. Le vendredi nous avons rencontré le gouverneur de la région du plateau central pour lui faire connaitre les différentes activités effectuées à Kabeela et les bénéfices du partenariat entre Kabeela et ICS.
 Ce weekend les volontaires britanniques sont allés au safari, qui fut un évènement mémorable. Nous avons été heureux de découvrir certains villages du Burkina et aussi plein d’éléphants.  

Written by Jade
Traduction par Cedric et Nathan 

No comments:

Post a Comment