HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Wednesday, November 23, 2016

Kabeela’s Own: The Story of Sawadogo Hélène


Farmer, business woman, bag maker, actor, and mother of five, Sawadogo Hélène has packed a great deal into 56 years of life. Born in the small village of Moutti, Hélène grew up as farmhand for her parents at a time when girls’ education was a scarcity in her country, but now she is one of the most active members of Kabeela here in Guilongou. In her formative years she sold every local food you can name at the market – from chilli, to corn, to battered cake – and she was content to do this for many years until the strain of market trips became too much for her body. With age, she turned her hand to the production of dolo, Burkina Faso’s popular homebrew beer, which she was able to sell from the comfort of her own home with the help of her dutiful (not to mention plentiful) children. More recently, however, due to troubles with sourcing grain for her dolo business, she has had to generate income through different means.

Enter Kabeela! Hélène has been with our humble association since its inception in 1997, and we have benefited from her dogged involvement as much as she has from our activities. In return for her natural leadership we have provided her with the skills she needs to make bags, soap and many other products that allow her to support her family. For example, using her hands and feet in tandem she is now able to transform a tumbleweed-like ball of string into a stylish purse that could sell well in any country in the world. To witness this transformation first-hand is to see nothing less than a magic trick, and the great thing is that she is always ready to collaborate with other women to help them to improve their crafts. Before ICS volunteers arrived to help Kabeela in its efforts, Hélène also received the resources she needed to rear animals at home, thanks to the support of the association’s partners. It’s seemingly small actions like these that have the power to transform the lives of families in ways that are sustainable for generations.

When speaking with Hélène though it becomes apparent that financial support is only one aspect of her relationship with the association. You can glean this from her testimony about the membership as being like a family, with Suzanne, the president, treated by her and her colleagues as the big sister of the group. You can also tell it from the conviction of her delivery and the intensity of her gaze when she performs the role of a strict husband during a forced-marriage play at our theatre club. But perhaps the strongest indication that the association stands for more than the utility of finance is that the women here, Hélène included, come to engage with the community after long days spent in demanding agricultural jobs, even when the activities hosted have no focus on income. That can only come about if the goals of the association are shared by everyone, and if the women are given the autonomy to prioritise the issues that matter to them most.

In her lifetime, Hélène hopes to see Kabeela develop into an NGO with a wide-ranging influence, one that can support people with disabilities, facilitate health provision, and fight against malnutrition. It’s an ambitious vision, but who’s to stop an indomitable mother like her? And with the help of other ICS projects in Burkina that work in these areas, it needn’t be a pipedream.

Hélène embodies everything that is great about development. Her advice to us, the volunteers in Burkina, is to unite around one vision, to be respectful of our peers, and to always work hard in the face of difficulties – during this placement and beyond. It’s easy to ignore advice when the person giving it fails to follow their own, but in this case there’s no such difficulty; Hélène’s children describe their mother in exactly the terms that she wishes to see in others: kind, understanding, courageous, and someone for whom family means everything. We would do well to learn from her example.

- Matthew Cole (translation by Sawadogo Harouna, Abdoul Aziz Adeniji, and Yves Seghda)

La femme de Kabeela: l`histoire de Sawadogo Hélène


Cultivateur, femme d’affaire, fabricante de sac, actrice et mère de cinq enfants ; à l’âge de 56ans Sawadogo Hélène est capable de faire beaucoup de choses. Née dans un petit village appelé Moutti, Hélène aida ses parents agriculteurs à une période où l’alphabétisation des filles était rare dans son pays, mais cela ne l’a pas empêché d’être l’une des membres les plus actives dans l’Association Kabeela des Femmes de Guiloungou. Au fil des années elle a vendu de produits locaux sur le marché comme le piment, le maïs, le gâteau ; et cela pendant une douzaine d’années jusqu’à ce que la pression physique du marché épuise son énergie. Avec l’âge, elle se tourne vers la production du dolo qui est une bière locale très populaire au Burkina Faso, laquelle boisson est confortablement vendue dans sa propre cour avec l’aide de ses obéissants enfants. Plus récemment, par la difficulté de trouver les graines pour la fabrication du dolo, elle a cherché différentes solutions pour générer des ressources.

Militante de Kabeela, Hélène a été avec notre humble association depuis sa création en 1997 et nous avons obtenu d’elle un engagement obstiné aussi bien qu’elle a tiré un intérêt particulier de nos activités. Ainsi, à l’usage de son leadership naturel nous avons aiguiser ses talents qu’elle utilise de nos jours pour fabriquer des sacs, du savon et beaucoup d’autres produits qui la permette d’aider sa famille. Pour le constater il suffit de voir comme elle se sert de ses mains et de ses pieds de façon simultanée pour transformer un tas de fil enchevêtré en un élégant porte-monnaie qu’elle peut vendre dans plusieurs pays dans le monde. Rien d’aussi magique que de voir cette transformation se produire et la meilleure chose qui puisse est qu’elle est toujours prête à collaborer et à partager ses connaissances avec les autres femmes pour les aider à améliorer leur création. Avant que les volontaires de ICS n’arrivent pour aider Kabeela dans ses efforts, Hélène a reçu des ressources dont elle avait besoin pour l’élevage à domicile, et grâce à l’aide des associations partenaires de Kabeela. Ce sont des actions qui sont apparemment négligeables mais qui ont le pouvoir d’améliorer la vie des familles pendant des générations.

Des échanges avec Hélène il ressort clairement que le soutien financier n’est pas la principale raison de sa relation avec l’association. Vous la comprendrez de son expression que les membres de l’association sont comme une famille pour elle, de Suzane la présidente une grande sœur du village à ses collègues du groupe. Vous pouvez aussi le dire avec conviction que la passion et l’intensité de son expression dans son rôle au club de théâtre donne l’impression d’une actrice professionnelle de théâtre. Cet engagement indique clairement qu’elle ne milite pas dans l’association pour l’argent (de même pour les autres femmes). Sinon, comment comprendre que malgré les travaux quotidiens que Hélène abat individuellement pendant la journée, elle trouve toujours un temps pour participer même aux activités non lucratives de l’association. Cela prouve qu’elle croit aux objectifs que visent Kabeela et adhère entièrement au principe selon lequel les femmes sont libres elles-mêmes de prioriser les problèmes selon leurs degrés d’importance et leur intérêt.

Durant le reste de sa vie, Hélène aimerait voir Kabeela se développer et devenir une ONG avec une grande influence, afin de pouvoir aider les personnes en situation défavorables, faciliter l’accès aux soins de santé des populations locales, lutter contre la malnutrition, etc. c’est une vision ambitieuse ; mais qui peut arrêter une mère aussi déterminée qu’elle ? Avec l’aide des autres projets de ICS au Burkina sur ces problématiques ci-dessus citées ce cri d’espoir n’est pas utopique.

Hélène incarne toute les valeurs nécessaires au développement. Elle conseille spécifiquement aux volontaires d’être toujours unis autour d’une même vision, de toujours respecter son prochain quel que soit son âge et son origine et de toujours travailler plus dure pour surmonter les difficultés que l’on pourra rencontrées durant ce placement et après. Notons qu’il est facile d’ignorer les conseils d’une personne qui n’applique pas ses propres conseils, mais la dame est la parfaite enseignante de ses conseils puisse que même ses enfants la décrivent exactement de la façon qu’elle aimerait voir les autres. Les valeurs telles que la gentillesse, le courage le sens de l’écoute et la compréhension, sont intégrées en elle. Elle demeure pour sa famille un véritable fierté . Nous souhaitons à tous d’apprendre de son exemple.

No comments:

Post a Comment