HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Thursday, December 1, 2016

The Man at the Heart of the Women’s Association


An interview with Wilfried Zango

Can you tell us a bit about yourself?

My name is Zango Wilfried, I’m 34 years old and I was born in Ouagadougou, Burkina Faso. I studied accounting and management at the Nelson Mandela college and obtained a G2 baccalaureate.  After I joined the ESCOGES group where I obtained a BTS in accounting and finance, and then I went to the Superior Institute of technology where I received my accounting and finance licence. At the moment I am working as an administrative assistant and accountant for Kabeela where I try to help as much as I can.

How did you discover Kabeela?

I discovered Kabeela through the ICS programme. They recruit national and British volunteers, and I had the opportunity to take part in the very first placement they ran. Through this I came to know about Kabeela because I was placed there.
Can you speak about your experiences working first as a volunteer and then as a member of staff for Kabeela?

As a volunteer at an association like Kabeela it is important to integrate with the organisation before acting on your ideas and plans. Being a staff member is more involving; the association has a large capacity and there were a lot of financial and administrative matters to attend to at first. We had to put the tools in place and we worked hard with the volunteers to improve the structure of the organisation.

What do you think about community development?

Community development is very important, and we cannot talk about the development of a country without talking about community development because they go together. Development from the bottom up can also show a a more real image of development. Many things must be taken into consideration when thinking about development, and it must involve everyone within the population.

Who do you think carries out community development?

I think that the agents of community development are local people; when we talk about capacity building it is said that the population must have the capacity for self-development in order to have their independence. Therefore community development is up to the local population and the authorities who accompany them.

What are the main obstacles for community development in general and for Kabeela specifically?

I think there are lots of difficulties, firstly the illiteracy of the population, and secondly the majority of the population do not realise that they must act to achieve community development. They must have access to knowledge in order to develop themselves, like for example in the use of technology which would give them new ways to see things. Specifically for Kabeela the difficulties lie in the lack of resources: human, material, and financial. It is insufficient to have a plan of action but not the power to put it into place. These are the general difficulties.

How has kabeela overcome these difficulties and become very active on a national and international level?

I can say that the association carries out its activities often with very limited resources. But I must add that the association has the opportunity to work with many partners like ICS who have supported us for many years, using their programme and the presence of national and British volunteers who work in a team with the staff. This programme is very important in the community because these people bring many concrete ideas to further develop the society by way of protecting the environment, developing income-generating activities, organising awareness-raising sesssions on many subjects, and working to improve health education. This is very much appreciated. As well as this we have other partners, for example in the education sector we have FONAEF who help with non-formal education, grants, and previously they allowed the association to open an education center in the village to help beneficiaries gain knowledge and skills. There are also partners in the health sector that help for example with awareness raising sessions on breastfeeding and its many advantages. We also work wIth the local authorities like the mayor, district hospital, regional health director and other associations.

How is your relationship with the staff and the collaborators at the association?

I must say, and I am not exaggerating, that I feel like I am in a family because the majority of the people I work with are like my mothers, sisters and aunts. I feel very happy and we understand each other perfectly. That is the reason we have been able to work together for such a long time.

What is your favourite part of working at kabeela?

My engagement lies in bringing something more to the community here. When I see the real situation of the people that live here and I see the potential change that our association can contribute to, for example in improving living conditions in the region, that is when I can I set myself objectives at the association because I know that I can change things.

What words would you like to end with?

I would like to thank you  and encourage others to support development if they have the opportunity to do so, and in whatever way they can. With this support we can overcome challenges and help the situation of vulnerable people.

- Interview, with translations, by Sawadogo Harouna and Matthew Cole


 L’Homme au Cœur d’une Association de Femme
l'interview de Wilfried Zango

Pouvez-vous nous parler brièvement de vous-même?

Je m’appelle Zango Wilfried, et je suis né à Ouagadougou et j’ai 34 ans. J’ai fait le primaire et le secondaire respectivement dans une école publique et au Lycée Nelson Mandela à Ouagadougou. Ensuite j’ai opté pour la série gestion au second cycle où j’ai obtenu un baccalauréat G2.Par la suite , j’ai rejoint le groupe ESCOGES où j’ai obtenu un BTS en finance comptabilité, ensuite je poursuis à l’institut supérieur des technologies(IST) où j’ai eu une licence en finance-comptabilité. Actuellement je travaille à l’association Kabeela des femmes de Guilongou en tant qu’assistant administratif et financier ou j’apporte mon appui à la bonne marche de la structure.

Comment avez-vous découvert Kabeela?

J’ai découvert Kabeela par le biais du programme ICS. En son temps il recrutait des volontaires nationaux qu’ils mettaient avec les britanniques et j’ai eu l’occasion de faire partir de la toute première cohorte.et c’est lors de ce placement que j’ai connu l’association du fait que j’étais placer ici comme volontaire.

Pouvez-vous nous parler de vos Expériences en tant que volontaire et par la suite membres de staff?

La priorité pour cumuler toute expérience dans une association comme Kabeela pour un volontaire est d’abord l’intégration afin de pouvoir apporter quelque chose.
Etre membre du Staff est aussi engageant car la structure a d’énormes capacités et il y avait beaucoup à faire sur le plan administratif et financier. Nous avons travaillé avec les volontaires pour mettre en place certaines chose et de renforcer l’organisation de la structure.

Qu’en pensez-vous du développement communautaire?

Le développement communautaire est très important et je pense qu’on ne peut pas parler du développement d’un pays sans parler du développement communautaire parce que cela va ensemble. Donc le développement à la base pourrait montrer une image réelle du développement dans son sens propre.il faut que la communauté soit développer  depuis la base. Un certain nombre d’indice de développement doivent être prise en compte dont la nécessité d’impliquer la population.

Qui sont selon vous les acteurs du développement communautaire?

Je pense que les acteurs du développement communautaire sont d’abord la population locale parce qu’on parle le plus souvent de développement endogène c’est-à-dire que la population même doit avoir les capacités à s’auto-développer et à avoir leur autonomie. Donc le développement communautaire c’est d’abord la population locale ensuit les autorités viennent pour accompagner.

Quelles sont les difficultés que peuvent rencontrer le développement communautaire en général et de façon spécifique le développement de l’association dont vous  êtes membre de staff?

Je dirais que les difficultés sont vraiment nombreuse parce que de façon générale je peux dire que la première est liée à l’analphabétisme   de la population et la majorité sont ignorantes. Il faut qu’ils aient accès à la connaissance pour se développer comme par exemple les  nouvelles technologies, de nouvelles façons de voir les choses. Précisément pour Kabeela la plus grande difficulté est liée à l’insuffisance de moyens et quand je parle d moyens il s’agit d’insuffisance  de ressources humaines matérielles et  financières. Il ne suffit pas d’élaborer un plan d’action et ne pas pouvoir le mettre en œuvre. Voilà de façon globale les difficultés.

Comment Kabeela arrive à surmonter ces difficultés. Pour être actif sur plan national et international?

Je peux dire que l’association mène ses activités avec ses ressources qui sont souvent très limitées. Mais je dois dire que la structure a l’opportunité de travailler avec plusieurs partenaires comme ICS qui appui la structure depuis des années de cela à travers son programme avec la présence de volontaires britanniques et nationaux qui travaillent vraiment en équipe avec le staff. Ce programme est très important dans la localité parce qu’il apporte des idées concrètes  pour apporter un plus dans la société ici à travers la protection de l’environnement, développement des Activités génératrices de revenus, la sensibilisation sur plusieurs thématiques et dans le domaine de la sante ; et vraiment c’est très apprécier. En plus de cela la structure a d’autres partenaires  par exemple dans le domaine de l’alphabétisation il  y  a le FONAEF pour l’éducation  non formel qui  donne des subventions et permet à  la structure d’ouvrir des centres d’alphabétisation dans les villages pour permettre aux participants  d’acquérir des connaissances pour se développer. Egalement il  y a d’autres partenaires qui appui la structure dans le domaine de la santé, la sensibilisation dans des thématiques comme l’allaitement  exclusif et ses avantages. Elle travaille aussi avec les autorités locales comme la mairie, le district sanitaire, la Direction Régionale de la Santé, ainsi qu’avec les associations sœurs qui sont dans la localité.

Comment est ta relation avec les membres du staff et vos collaborateurs de l’association?

Je dois   dire que premièrement pour ne pas exagérer je me sens comme en famille car la majorité de mes collaborateurs sont des femmes, des mamans des sœurs des tanites et je me sens très bien et car on se comprend parfaitement et c’est la raison pour laquelle on a travaillé ensemble depuis des années.

Quelle est la meilleure chose que ressentez de Kabeela quand vous travaillez à Kabeela?

Je dois dire que mon engagement est lié au désire d’apporter un plus dans la communauté ici.
Quand on regarde on voit la situation réelle des populations qui vivent ici et quand je  vois les différentes potentialités que cette structure a, peuvent contribuer à changer les conditions de vie des populations dans cette région. C’est pourquoi je me suis donner des objectifs dans ce sens et d’où mon engagement à donner ce que j’ai a la structure afin d’être utile à la population à la base.

Quel est votre dernier mot?

D’abord je vous remercie ensuite demander à toute personne qui aurait l’occasion d’apporter un plus au développement où qu’elle soit qu’elle puisse soutenir Kabeela à relever ces défis et à soulager les populations en situation défavorables.

- Sawadogo Harouna et Matthew Cole 

No comments:

Post a Comment